Image Image Image Image Image
Scroll to Top

To Top

Catalogue

La Courneuve, mémoires vives

Coll l

On 29, Mai 2013 | Dans | By guillaume

La Courneuve, mémoires vives

« À partir du moment où tu prends du papier, un bout de stylo, soit t’essayes de devenir rappeur, soit t’essayes de devenir ce que tu peux ». En insufflant humour et solennité à leur incroyable comédie humaine, les élèves du Lycée Jacques Brel de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis, ont réalisé entre janvier et juin 2011 des portraits de leurs proches, en textes et en photos.

Ils retracent la vie de ceux qui leur sont chers à partir d’entretiens, de souvenirs ou d’épisodes fictifs qu’ils ont inventés pour combler les lacunes et les blessures. Invoquant la mémoire de la guerre d’Algérie et de tous les colonialismes, convoquant rappeurs, djinns, esprit du vaudou ou éthique sportive, ils racontent de l’intérieur une des villes les plus fantasmées de France.


La Courneuve, mémoires vives a une dimension d’hommage mais aussi de combat. Film comme livre disent des passions, des colères, des refus, des espoirs, des histoires en mouvement. 
Christine Marcandier, Médiapart. 

Comme n’importe quel morceau de ville, les banlieues sont avant tout des lieux de vie et de dignité qui en ont assez d’être bannis. L’ouvrage La Courneuve, mémoires vives en est un beau témoignage et aucune tour, aussi dégradée soit-elle, ne viendra à bout de toute l’humanité qui se cache derrière les portes.
Frédérique Meichler, L’Alsace. 

C’est un ton très particulier qui s’invente au fil des portraits, lesté d’une bonne dose d’humour mais aussi d’une étrange solennité. 
Danier Carrot, Dernières Nouvelles d’Alsace.